Test Detroit : Become Human by Quantic Dream

Logo Detroit Become Human

2015, Sony prend la décision de tenir une grande conférence lors de la Paris Games Week. Lors de cet évènement, un trailer s’est glissé au milieu des différentes annonces. Le monde découvrait le nouveau projet signé David Cage : Detroit : Become Human. 3 minutes et beaucoup de questions…

Logo Detroit Become Human

 

ÉDITEUR :Screenshots Detroit Humane Become 1
Sony
DÉVELOPPEUR :
Quantic Dream
TYPE :
Action – aventure
MULTIJOUEURS :
Non
PLACE SUR DISQUE DUR :
À partir de 43,41Go
SORTIE :
25 mai 2018
CLASSIFICATION :
A partir de 18 ans.

Un nouveau rêve…

 

Quantic Dream, c’est déjà 20 ans de bons et loyaux services. Bien que peu nombreux, chaque titre du studio a su s’imposer comme un jeu majeur aussi bien chez les critique-journalistes que chez les joueurs eux-mêmes.

Capables d’entraîner le joueur dans un univers toujours plus riche et profond, les développeurs sont allés encore plus loin avec Detroit : Become human, qui n’échappe pas à cette règle et semble être l’aboutissement pour les créatifs du studio. Il est temps de plonger au coeur de cette nouvelle aventure…

Screenshots Detroit Humane Become 2

La révolution est en marche…

 

Nous sommes en 2038, à Détroit aux Etats-Unis, le domaine des robots domestiques est à son apogée, les humains vivent au quotidien avec ces androïdes à leur service. Cependant le monde est divisé entre partisans et opposants à ce monde usant (et abusant) de ces machines.

C’est dans ce contexte que le joueur va prendre, tour à tour, le contrôle de 3 androïdes : Connor, Kara et Marcus.

Connor est directement envoyé par Cyberlife, la société qui commercialise les androïdes, aux services de police de la ville pour participer aux enquêtes.

Kara trouve sa place dans une famille modeste de proche banlieue au service d’un père et de sa fille.

Marcus est quant à lui l’assistant personnel d’un riche artiste souffrant de maladie.

Ces 3 destins différents vont croiser la route de nombreux autres protagonistes et ont une chose en commun : l’envie de liberté. Car il s’agit bien là de l’élément central du jeu, une question unique : qu’est ce qui définit l’humanité et le libre-arbitre?

Si la question peut paraître simple, la réponse est, elle, complexe et complètement d’actualité (dans le monde  réel cette fois), chaque joueur devra trouver sa propre réponse au fil du scénario.

Screenshots Detroit Humane Become 3

Une question de choix…

 

La grande force des derniers jeux Quantic Dream tient dans les choix présentés aux joueurs. En effet, il n’est plus question d’être “simple spectateur” mais d’être acteur de l’histoire. Nous sommes, une fois de plus, confrontés à de multiples choix qui vont directement influencer la suite des évènements. Et force est de constater que Cage a approfondi ce système, les décisions prises manette en main changeront complètement l’issue du jeu. Il est d’ailleurs possible de se demander s’il s’agit encore d’un jeu si l’on songe aux thèmes évoqués…

35 chapitres, c’est le nombre de scènes qui vont déterminer le destin de l’humanité. Et au coeur de cette intrigue, nos personnages ne sont jamais à l’abri, chaque choix aura un impact sur leur survie et sur leur environnement.

A chaque fin de chapitre, le soft présente d’ailleurs l’arborescence des décisions et l’on constate immédiatement que les embranchements sont (très) nombreux, d’autant plus que certaines découvertes, certains dialogues sont considérés comme des “bouleversements” majeurs qui déterminent à un moment plus ou moins tardif le cours de l’histoire.

Si l’enrichissement du scénario est la première conséquence de cette feature, la durée de vie du soft est aussi fortement impactée, car il va falloir faire le tour du titre plusieurs fois pour être témoin des différents dénouements.

Screenshots Detroit Humane Become 4

Plein les yeux, plein les oreilles…

 

Techniquement ? Le jeu est à couper le souffle. Outre des personnages modélisés à partir d’acteurs reconnaissables au premier coup d’oeil, on ressent toute l’expérience du studio dans des animations criantes de naturel qui retransmettent toutes les émotions des protagonistes. Les décors sont également riches de détails, qu’il est nécessaire d’analyser pour débloquer 100% des arborescences.

Quantic Dream cherche également à nous plonger dans son univers à travers une bande son efficace à tous les niveaux : dialogues, musiques ou effets sonores. C’est net et précis, la recette est gagnante.

Screenshots Detroit Humane Become 5

Aux commandes…

 

Le gameplay est à l’image de la partie technique : efficace. Ainsi, la prise en main est extrêmement simple, d’autant plus que le premier chapitre fait office de tutoriel pour présenter les différentes commandes.

Le jeu est malgré tout exigeant sur 2 aspects : tout d’abord, il faudra faire preuve d’un bon sens de l’observation pour dénicher certains indices essentiels, ensuite, vos réflexes seront mis à rude épreuve, que ce soit dans le temps imparti des choix de dialogues ou lors des différents QTE.

Vous disposez de 2 niveaux de difficultés permettant de déterminer le rythme et le nombre de touches nécessaires à ces QTE. Vous avez ainsi une solution pour profiter pleinement du scénario sans être rebuté en tant que joueur à la dextérité moins aiguisée.

Screenshots Detroit Humane Become 6

Graphismes :

Représentatifs de la maîtrise du studio quand il s’agit de rendre un monde vivant.

19/20





Jouabilité :

Accessible et aisée, RAS. Bien des jeux devraient s’en inspirer.

18/20

Screenshots Detroit Humane Become 7

 

Son :

La puissance des dialogues prend aux tripes. Quant à la partie musique, l’immersion est là et est parfaitement intégrée aux évènements du scénario.

18/20

 

Durée de vie :

Vous pourrez utiliser le terme « d’envergure » pour parler de Detroit : Become Human. Il est donc nécessaire de faire le tour du titre plusieurs fois pour en saisir les nuances, mais aussi les différentes perspectives offertes par les choix proposés.

19/20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

VERDICT :

Après un God of War puissant, Sony prouve une nouvelle fois que ses studios affiliés sont capables du meilleur ! Preuve du savoir faire de Quantic Dream, le jeu a su tenir ses promesses. Detroit : Become human est assurément un des jeux de l’année 2018, que je ne peux que vous recommander.

                            18/20

Donner votre avis !