Test This War of Mine : The Little Ones sur PS4/XONE

TWoM_Console_Logo_FIN

Sorti fin 2014 sur PC, le studio polonais 11 Bits Studio revient vers nous avec une nouvelle version de son jeu, sous-titré The Little Ones pour l’occasion. Ce retour, outre les modifications de gameplay, s’accompagne d’une adaptation sur Ps4 et sur Xbox One. Les joueurs consoles vont enfin pouvoir profiter de ce titre de survie inhabituel !

ÉDITEUR :
Deep Silver
DÉVELOPPEUR :
11 Bits Studio
TYPE :
Survie Gestion
MULTIJOUEURS :
Aucun
PLACE SUR DISQUE DUR :
Xbox One : à partir de 1.32 Gb ; Ps4 : à partir de 1.1 Gb.
SORTIE :
29 janvier 2016
CLASSIFICATION :
A partir de 18 ans

Acheter ce jeu sur PS4 et Xbox One

 

Un univers inquiétant…

C’est la guerre mon général ! Ou pas… This war of mine entraîne le joueur dans un monde où la guerre n’en finit pas, mais oubliez le soldat surentrainé capable de toutes les prouesses inimaginables. La parenthèse humoristique étant close, penchons-nous sur le sujet abordé par le studio polonais.
Ici, c’est la guerre dans toute son horreur que l’on vous envoie en plein visage ! En effet, si chaque partie débute différemment, les personnages incarnés par le joueur étant choisis aléatoirement par l’IA, ils ont un point commun essentiel : ce sont des CIVILS ! Victimes collatérales des conflits armés, on ne peut qu’imaginer leur vie pendant ces sombres périodes. This war of mine vous plonge dans un univers violent où le (simple) but est de survivre…

TWOM_TLO_SCREENSHOTS_01

Jour…Nuit…Jour…Nuit…

Si le concept de survie est assez simple à appréhender, sa réalisation n’en est pas moins délicate. Le contexte est celui-ci : vous êtes en charge d’un petit groupe de survivants qui, disposant d’un abri, doivent résister aux épreuves de la guerre. Pour cela, il va falloir gérer nourriture et fournitures, “améliorer” les conditions de vie dans votre abri, mais également prendre soin de vos compagnons (santé, fatigue, ennui, faim,…). Au final, la finesse du gameplay n’est pas si aisée que cela puisse paraître et offre de très nombreuses possibilités.
Les phases de jeu sont découpées en 2 parties distinctes : le jour et la nuit.

En journée, il est question de gestion : avant tout, il faut vous consacrer à vos rescapés et vérifier leur condition, mais votre sanctuaire a aussi besoin d’améliorations pour devenir “vivable” ou rendre l’endroit moins spartiate, il va donc falloir crafter différents meubles et objets nécessaires à votre survie et/ou à votre confort. Il faut donc utiliser votre inventaire avec parcimonie.

La nuit est, quant à elle, dédiée à la collecte. Après avoir choisi un des membres de votre groupe, ce dernier partira en quête de ressources dans un lieu que vous choisirez sur une carte. Ces destinations peuvent être plus ou moins riches d’objets à ramasser mais peuvent également être la source de potentiels dangers. Gardez en mémoire que vous n’êtes pas un guerrier mais un “Monsieur tout le monde” ! Vous n’avez ni sulfateuse, ni lance-roquettes, il faut mesurer les risques pris…
La visite de pillards dans votre abri peut également être facteur de stress, ainsi si votre personnage quitte le repaire avec des objets en inventaire, ces derniers ne pourront être dérobés, en contrepartie, vous pourrez ramasser moins de choses, choix cornélien, non?

TWOM_TLO_SCREENSHOTS_02

Préservez ou non votre innocence…

Évoluant dans un monde ravagé, la part obscure des hommes fait rapidement surface. Les développeurs ont mis en avant cet aspect triste mais réaliste des conséquences de la guerre.
Cela commence dès le lancement d’une partie, chaque membre de votre groupe dispose de ses compétences physiques mais également d’un profil psychologique qui évolue selon vos choix et actions. Par exemple, lors d’une virée nocturne, allez-vous choisir de dépouiller une famille innocente pour sauver un compagnon ou repartirez-vous bredouille? Votre décision peut avoir un impact plus qu’important sur la santé physique et/ou mentale de votre avatar ! Le soft vous confronte régulièrement à vous-même et vous pousse à prendre des décisions difficiles… Votre conscience ou son absence pourrait vous jouer des tours.
L’arrivée des enfants n’arrangera en rien cet état de fait, car leur comportement reste différent de celui des adultes dont la personnalité est déjà mieux forgée.

TWOM_TLO_SCREENSHOTS_03

Graphismes :
Assez simpliste au premier abord, la charte graphique est toujours cohérente avec l’univers créé. Son aspect presque froid, ainsi que le soin et le réalisme apportés à cette vue en 2D accentuent la gravité de la situation.

15/20

TWOM_TLO_SCREENSHOTS_04

Jouabilité :
L’adaptation à la manette ne s’est pas faite sans heurt et il est parfois délicat de parfaitement diriger son rescapé ou de choisir la bonne interaction, ce phénomène est plus contraignant dans les phases nocturnes où il faut parfois réagir avec vitesse et efficacité. Rien d’alarmant toutefois, il suffit de prendre le coup de main.

14/20

TWOM_TLO_SCREENSHOTS_05

Son :
Réussie pourrait être le bon terme pour qualifier cette bande son qui contribue à nous plonger dans cette ambiance si particulière !

16/20

TWOM_TLO_PS4_exclusive_01

Durée de vie :
Il est difficile de juger de la durée de vie du soft. En effet, le soft peut paraître répétitif, voir même lassant, mais chaque partie est différente, ce qui démultiplie les expériences de jeu dès lors que l’on se plonge dans le quotidien des rescapés.

15/20

TWOM_TLO_PS4_exclusive_02

VERDICT :
Poignant est le premier terme qui me vient à l’esprit après l’expérience The little ones. 11 Bits Studio nous entraîne sur un terrain inhabituel qui obligera un nombre de gamers à appréhender la guerre différemment. Une fois plongé dans l’histoire, tout le monde (ou presque) ressentira de l’empathie pour ces survivants dont la vie ne tient qu’à un fil…

16/20

 

  • Les screenshots ont été fournis par l’éditeur

Donner votre avis !