Test The Last of US

PS3                                                           SrH – T

Logo The Last of US

Après nous avoir enchantés avec la trilogie Uncharted, Naughty Dog nous livre une nouvelle vision du monde avec un survival-Horror qui dépasse nos espérances !

ÉDITEUR:
Sony
DÉVELOPPEUR:
Naughty Dog
TYPE:The Last of US
Survival-Horror
MULTIJOUEURS :
8 joueurs en ligne
SAUVEGARDE :
50 MB
SORTIE :
14 Juin 2013
CLASSIFICATION :
Déconseillé au moins de 18 ans
Acheter ce jeu

 

Un jeu loin de tout stéréotype !

On connait tous les jeux de Zombies, c’est devenu tellement populaire que l’on en voit à toutes les sauces. Naughty Dog nous offre sa vision avec une infection qui pourrait très bien arrivée d’un point de vue scientifique. En effet, le champignon du jeu, j’ai nommé Cordyceps se développe dans la réalité dans le corps des insectes pour en altérer le comportement de son hôte avant de le tuer et de disséminer des spores. Les scénaristes ont donc imaginés que ce champignon atteint les hommes et cela se traduit de plusieurs façons. Ainsi, on retrouve différents niveaux d’infections :
– Les coureurs (runners) sont des infectés récents, ils sont fragiles, se promènent en groupe et sont très rapides.
– Les rôdeurs (Stalkers) sont en demi-phase, ils vous attaquent par surprise et sont coriaces. Ils commencent à avoir le champignon qui se développe.
– Les Claqueurs (Clickers) sont infectés depuis un bon moment. Leurs têtes ressemblent à des choux fleurs, ils sont aveugles, mais entendent le moindre bruit. S’ils vous attrapent et que vous n’avez pas de surin, c’est la fin pour vous !
– Les Colosses (Bloaters) sont les plus fatales, autant dire qu’il vaut mieux les éviter, mais je vous laisse les découvrir par vous-même !
Le jeu se démarque par la présence de nombreux survivants. Ainsi, vous vous battrez contre autant d’hommes que d’infectés. Le scénario se développe également autour de deux personnages qui sont donc Ellie et Joël. Ces deux-là se détestent au début de l’aventure, pour finalement nouer une relation jusqu’au bout de celle-ci avec de nombreux rebondissements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Attention, il peut y avoir certains spoils !

La survie !

Pour ceux qui s’attendaient à un jeu de bourrin où l’on tire sur tous ce qui bougent, vous rêvez. Dans ce monde décimé, les provisions sont rares. Vous obtiendrez des armes, mais suivant la difficulté, les balles pourraient vous manquer. À certains endroits, Joël pourra poser son sac et améliorer ses armes grâce à des outils que vous trouverez en explorant les recoins. Vous pouvez fabriquer des cocktails Molotov, des kits de soins ou des surins en prenant les matériaux adéquats tout au long de l’aventure. Attention cependant, sans surin, un claqueur vous attrape et c’est la mort assurée. Pour ceux qui veulent tout savoir, vous pouvez trouver des feuilles avec les histoires de ce monde désolé et parfois, en appuyant sur triangle Ellie vous donnera sa vision !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les déséquilibres

The Last of US propose aux joueurs deux possibilités en croisant des ennemis, les contourner ou y aller bourrin. La première possibilité ne peut se réaliser à chaque fois malheureusement à cause des bugs. Ainsi, même en étant bien planqué, sans bouger, un ennemi peut parfois vous repérer ce qui est pour le coup bien dommage. Trop souvent aussi vos alliés (Ellie où les autres) passeront pile devant les ennemis ou au travers sans pour cela que vous soyez repérer par contre, bouger à ce moment-là et c’est la mort pour vous !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le grand Kif

Malgré les légers défauts et bugs du jeu, j’ai pris mon pied à parcourir les Etats-Unis avec ma camarade Ellie, j’ai adoré discuter avec d’autres survivants qui ne sont pas là pour me couper la tête, j’ai aimé mes promenades à cheval et enfin, j’ai aimé découvrir l’histoire à travers des lettres sur des anciens résistants. Je ne pense pas que j’aurais autant aimé si la musique bien que discrète quand il faut, ne serait pas là. Détail qui as son importance, la VF subit quelques décalages gênants au début du jeu sans que cela se reproduisent, mais la VO est bien meilleure selon moi. Et puis faut que je vous embête encore, je n’ai pas parlé de la durée de vie pharaonique pour ce type de jeu qui possède 4 modes de difficultés multipliés par 2, car une fois un mode terminé, vous débloquez le mode plus qui reprend le jeu avec toutes vos améliorations acquises précédemment. Enfin, un multi est présent avec deux modes différents qui sont :
– Raid sur les provisions où le but est de tuer toute l’équipe ennemie pour gagner. Le nombre de réapparition par équipe est limité.
– Survivants où vous devez éliminer tout le monde sans réapparition.
Là où le multi se démarque de la concurrence c’est par le biais des craft. Ainsi, comme dans le solo, vous pouvez crafter des objets pour éliminer les autres.
Voilà, une histoire magique, un couple détonnant, une musique sublime font de ce jeu un cocktail explosif à ne pas louper surtout !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Graphismes :
Les visages des différents protagonistes offre un rendu sublime que ce soit les effets de lumière ou les expressions faciales. Les décors, quant à eux ne sont pas à la hauteur des dernières productions, mais cela suffit amplement.

18/20

Jouabilité :
La prise en main est idéale, l’IA ne suit pas !

16/20

Son :
Le point fort du jeu, musique discrète, mais qui se déclenche au bon moment. Les bruitages sont parfaits, mais la VF est moyenne.

19/20

Durée de vie :
En vous promenant un minimum pour récupérer de quoi crafter, comptez entre 15 et 20 heures de jeu. Sans oublier le mode plus ou le multi !

19/20

VERDICT :
Quelques légers défauts, quelques bugs, mais une histoire et un plaisir de jouer qui vous enivrera. Ne passez pas à côté !

18/20

Quelques vidéos :

Retrouvez toutes les autres vidéos sur ma chaîne You tube


Donner votre avis !