Test Puppeteer

PS3                                                             P – P

Logo Puppeteer

Puppeteer fait partie de ces jeux dont on entend peu ou pas parler et pourtant, la surprise n’en est que meilleure surtout quand ce sont les créateurs d’Ape Escape aux commandes !

des dessins magnifiques

des dessins magnifiques

ÉDITEUR:
Sony
DÉVELOPPEUR:
Sony Japan Studio
TYPE:
Plates-formes
MULTIJOUEURS :
2 joueurs en coop
SAUVEGARDE :
5,6 Mo minimum
SORTIE :
11 Septembre 2013
CLASSIFICATION :
Déconseillé aux moins de 12 ans
 Acheter ce jeu

 

Un charme rarement égalé !

Tout le monde (je crois) connait les jeux de plates-formes. Certains sortent du lot et sont des suites à succès comme Mario, les premiers Sonic, Rayman… Mais il y en a d’autres qui débarquent comme cela sans crier gare et qui pourtant ont tout des grands. Puppeteer fait partie de cette gamme et il se démarque d’une manière originale en nous entrainant dans une histoire tirée des meilleurs contes sur une base de pièce de théâtre. Eh oui, contrairement à un jeu de plates-formes 2D classique, Puppeteer nous offre une narration incomparable reposant sur les techniques du théâtre qui se divise en 7 actes découpés en 3 scènes avec un rideau de début et de fin. Mais ce n’est pas tout dans certaines scènes, vous arriverez à un téléporteur et le rideau se fermera pour se rouvrir avec un changement de décors ou autres bref une vrai pièce de théâtre. Le jeu offre une 2D soignée et les dessins sont tout simplement magnifiques dignes des plus grands contes de fée (j’aurais aimé un Artbook pour ce jeu !). Le charme serait incomplet sans une bande son du tonnerre orchestrée par le génial Patrick Doyle. L’histoire n’est pas en reste avec une voix qui vous conte l’histoire en temps réel sans relâchement et d’une façon relativement bien rythmée, c’est simple on ne s’ennuie pas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est l’histoire d’un enfant…

Il était une fois sur la lune une déesse lunaire qui était avec d’adorables animaux dont un nounours qui était son chouchou. Tout se passait pour le mieux jusqu’au jour où le nounours décida de toucher à la partie sombre de la pierre de lune de la déesse. Celui-ci s’empara en plus de Calibrus (une paire de ciseaux magiques) et lança une révolution contre la déesse lunaire. Une fois la victoire atteinte, il créa son château, sombre tout comme lui et devint le méchant roi ours. Chacun de ses généraux (les animaux qui l’ont aidé pour la révolution) reçurent un fragment de pierre de lune. Chaque jour durant, le roi Ours capturait une âme d’enfant afin de la placer dans une marionnette pour défendre son château. Un jour, une âme du nom de Kutaro se rebella, celui-ci aidé de Ying-Yang (un chat un peu bizarre) devait trouver une première tête car la sienne avait disparu dans le ventre du roi Ours. Ce nouvel héros malgré lui va devenir le sauveur de la lune grâce à vous et Calibrus dont vous allez vous emparer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des mécaniques de jeu originales !

Tout au long de l’aventure, vous devrez trouver des têtes plus différentes et folles les unes que les autres, on passe de l’araignée à la banane. Ces têtes par nombre de 3 en votre possession simultanément vous empêchent de mourir et vous permettent de trouver des niveaux bonus cachés dans les niveaux. Grâce à Calibrus, vous pourrez découper toutes sortes de choses afin d’avancer dans les différents niveaux pour arriver aux généraux à chaque fin d’acte. Kutaro voulant récupérer les fragments de pierre de lune pour faire revenir la déesse lunaire, il n’a donc pas le choix et à chaque fin d’acte, il découpera le général en pièces afin de le détruire définitivement. Il sera d’abord accompagné par Ying-Yang puis par la princesse solaire Pikarina. En jouant en coop, un joueur contrôle Kutaro et l’autre s’occupera des deux acolytes, mais franchement cette seconde jouabilité n’est pas la plus intéressante sauf si vous voulez jouer avec un enfant car malgré toutes ses qualités, la difficulté est inégale et parfois trop difficile. Ce sera le seul défaut de ce jeu merveilleux, essayez et vous tomberez amoureux de cette ambiance…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Graphismes :

On est loin des triple A, mais le charme est ailleurs. La plupart des décors sont des dessins tout simplement et le jeu est magnifiquement coloré, bref une réussite totale !

19/20

Jouabilité :

Là aussi, juste une réussite, les différentes combinaisons rendent les parties agréables. Petit bémol sur la difficulté inégale des boss.

17/20

Son :

Le narrateur (Marc Bretonnière a une voix excellente et on ne s’ennuie pas à l’écouter. Un grand merci au génialissime Patrick Doyle pour cette superbe BO qui sublime encore plus le charme de ce jeu !

20/20

Durée de vie :

Sept actes de bonheur divisés en trois scènes avec un boss par acte. Vous débloquez une histoire du soir par acte enfin, comptez environ 10 heures de jeu voire plus si vous voulez tout débloquer !

19/20

VERDICT :

Poétique, inventif, les qualités de ce jeu sont indéniables. Mon seul bémol vient du fait que pour un jeu destiné aux enfants, certains passages sont ardus, la solution passe par la case coop et là c’est du bonheur à l’état pur. Bref foncez et vous ne serez pas déçu du voyage !!!

18/20

Quelques vidéos :

Retrouvez toutes les autres vidéos sur ma chaîne You tube

 

Donner votre avis !